20. oct., 2019

Pages intimes (192)

 

"'Dominus vobiscum ! " s'exclamait le prêtre avec force. Exaltation, puissance et beauté inoubliables. "Et cum spiritu tuo  !" répondait l'assemblée des fidèles en écho.  "Sursum corda ! Elevons nos coeurs. Haut les coeurs !  Ainsi se gravait en notre petite ville, dans la mémoire et l'esprit d'un enfant, un sentiment  qui le transportait en dehors des limites du temps et de l'espace. Les nombreuses voyelles de la langue latine, cette langue  divine, langue des sciences divines, préfigurait pour lui la langue japonaise. Yo-ro-ko-bi ! 喜び  Mot japonais extraordinaire qui m'obsède depuis l'aube. Les tirets sont indispensables pour marquer le caractère syllabique du sino-japonais. La syllabe est supérieure au phonème qui rabaisse et dégrade. ravale, lorsque l'on ne se donne même plus la peine d'articuler. Un peuple qui ne respecte plus sa langue est en danger, un danger  de mort. Joie ! sans doute inférieur au  "Gioia" italien, fête, festival  de voyelles.  Gloria !  Quelle source d'énergie inépuisable en ce Glo-ri-a, qui inspira, survolta, sauva  tant de  peintres, compositeurs, écrivains, saints, excentriques ou personnes ordinaires. Cioran passe un dimanche devant les portes ouvertes de l'église Saint-Sulpice  et, du parvis, entend : "Seigneur prends pitié !" appel qui lui apparaît affligeant, lamentable, dérisoire.  en comparaison du grec : "Kyrie, Eléison !" Les fidèles musulmans cultivent, avec soin et ardeur, l'arabe classique. Cultiver les langues anciennes, faire vivre, revivre  les langues dites mortes est l'une des formes du culte des ancêtres, de la religion des aïeux. Les défunts sont là, très proches, ils vivent parmi nous, avec nous, ils nous aident, nous secourent, nous appellent. Encore vivants, ressuscités. D'où découle la force chamanique de la musique classique, entreprise de résurrection via les notes d'une partition. Jean Sébastien Bach n'est pas mort. D'où la force, tout simplement, de l'écrit, ce qui est écrit à jamais, couché sur le papier, ou sur l"écran, ce qui doit absolument être écrit, en dépit de tout, ne peut pas ne pas l'être parce qu'exprimant une valeur, diamant impérissable au milieu des cendres, de la poussière ou de la boue. C'est écrit, il s'imposait que ce fût écrit.

Qui aura l'humble  curiosité de feuilleter les "Tas de pierres" de Victor Hugo, fragments, phrases isolées, matériaux abandonnés, délaissés dans ses chantiers, travaux inachevés, pensées fugitives,  ouvrages laissés en plan,  y découvrira, au chapitre Génie, ceci, ces mots brefs : "Méfiez-vous du ventre !" Magnifique, et glorieux conseil. Le ventre, la paresse, père et mère de tous les échecs. Les vices du facile, du naturel, du laisser aller, de la mauvaise et trompeuse liberté, du mauvais esprit. Impudence, insouciance, insolence, négligence, insouciance. sinistres mots en "ence". Ainsi, violence. Amour, fraternité, compassion, émotion, sentimentalité, respect attentif du réel, attention ardente à l'égard des personnes et des choses. Qui fait attention de tout son coeur, de toute son âme ne peut plus attenter à la vie. Faune, flore, objets qui ont une âme comme le disent, le voient, le ressentent  les poètes, tout est animé pour qui est en éveil, ne dort pas, ne rêve pas, ne délire pas, établi dans l'immortalité, au-delà de ses songes, de ses sommes et des tracas  ou fracas quotidiens de l'infernal électro-magnétisme.  Pax domini sit semper vobiscum. Que la paix du Seigneur soit toujours avec vous.