15. oct., 2019

Pages intimes (191)

 

Mon but, ou mon rêve, est la réconciliation générale. N'y aident pas ceux qui objectent comme on respire et/ou qui parlent comme on respire. Ils sont nombreux dans les pays du couchant, du soleil couchant. Je me souviens avec émotion et nostalgie de ma collègue, amie chère, directrice du département de français à la Japanese international cooperation Agency, Sato Etsuko. Un Français de passage nous déclara, lors d'un entretien, qu'il parlait,   et qu'il fallait "parler comme on respire". Sans lui répondre, ni faire aucune objection, nous nous regardâmes, elle et moi,  avec stupeur et douleur. Je savais que nous pensions de même, par ce seul regard de biais échangé en silence, par une onde psychique, une communication mystique qui, selon toutes apparences, ne fonctionne pas souvent par ici, dans les pays du couchant. Incidemment, ce Français venait du Var, il avait habité un certain nombre d'années au Japon avant de revenir au pays natal, comme je le fis plus tard. Il avait sans doute opéré une synthèse lui aussi mais assez différente de la mienne, il m'était pourtant sympathique. Je comprends avec aisance les positions les plus éloignées, je ne déteste rien ni personne. Je n'aime pas haïr,  je suis ainsi fait. Trouvant hier un livre abandonné dans la rue, "Les Écrivains" de Michel de Saint Pierre, je ne pus le lâcher de la soirée. Ce livre me ramenait à un autre temps,  plus riche intellectuellement et spirituellement. Michel de Saint Pierre eût aimé comme moi le Japon et la Chine. Les anciennes civilisations, l'Egypte, l'Inde l'attiraient. Un retour  aux sources s'impose, il s'opère et s'opérera inévitablement. Je me vois tenu de dire que, dans la mesure où Allah signifie "L'Un" je me sens musulman. "L'Un" existe, nous le faisons exister, par l'unité du genre humain et par l'unité de ce qui dépasse et transcende l'humanité.  La Grèce, l'Inde ont exprimé ces vérités, et ont essayé de les creuser. Deux caractéristiques permanentes de l'esprit humain contrarient cet effort : la dispersion, ou diversité, et l'obscurcissement. La Bible est une collection de livres magnifiques et puissants, mais où y apparaissent, où y vivent les Indiens et les Chinois ?  qui ont eux-mêmes écrit, produit, pensé leurs livres saints, réfléchi et vécu, de haute antiquité,  aux sommets de l'esprit ... Je me souviens, à l'université des langues étrangères d'Osaka, d'avoir entendu un musulman venant, je crois, du Soudan nous dire, sans agressivité, qu'il ne comprenait pas pourquoi le monde entier n'était pas musulman. Le monde entier peut l'être, en effet,  par une réflexion sur "l'Un";  Et de même, tous les musulmans peuvent être chrétiens, si la figure sublime du Christ leur est présentée comme il convient. Quant aux prophètes, ils me conviennent tous, ils ont tous ma faveur, à condition de ne pas prôner l'hostilité systématique, la destruction du frère, du voisin, du prochain. Notre devoir, notre rôle, notre responsabilité  notre destin consistent à nous unir, à nous aimer, nous apprécier. Dans cette mesure la diversité, en soi, est un trésor mutuel.